Hashtag Mum

Hashtag Mum

My, Myself & Mum

Catégorie : Humeur

Reprise du travail et burn out… les choix d’une mère Témoignage#2

Entre reprise du travail et burn out… voici le nouveau témoignage d’Anaïs qui a fait des choix afin de pouvoir continuer à vivre pleinement et être en adéquation avec ses…

Entre reprise du travail et burn out… voici le nouveau témoignage d’Anaïs qui a fait des choix afin de pouvoir continuer à vivre pleinement et être en adéquation avec ses choix de femme et de mère. Pas toujours facile mais souvent indispensable. Je vous laisse lire tout ça : 

« Je suis maman d’un jeune garçon de 2 ans et demi qui est toujours allaité, maman à la maison, et aussi maman blogueuse depuis ses 2 ans.

Reprise après accouchement

J’avais, avant, un autre travail dans le commerce, avec des horaires « atypiques », qui changeaient tous les jours, toutes les semaines. Le nombre d’heures changeait aussi suivant la saisonnalité. J’avais repris le travail aux 9 mois seulement de mon fils, car je voulais me donner un maximum de chances pour l’allaitement. La nounou choisie était dans mes choix : maternante, allaitante elle aussi, pratiquant la DME avec les enfants, ainsi que la motricité libre. Elle acceptait de conserver mon lait tiré au frigo et de le donner au verre. Cela m’a permis de reprendre le travail sereinement. Mon entreprise m’a d’ailleurs bien soutenue pour mon allaitement. C’est, je trouve, assez essentiel pour une reprise sereine. Malheureusement (ou heureusement ?) ma vision et ma vie, ne correspondaient plus à mon entreprise. Mon nouveau rôle de maman se voyait déchiré chaque matin, quand je devais déposer mon fils chez une autre femme que moi-même. Mon corps lui aussi n’a pas réussi à suivre la nouvelle cadence qui s’imposait en devant jongler entre travail, bébé et maison, malgré le partage avec mon compagnon. J’ai donc fait un burn out en moins d’un an après la reprise.

Un choix à faire

A ce moment-là, avec mon compagnon, nous avons discuté et pris la décision que j’arrête mon travail. C’était déjà très important pour que je me reprenne niveau santé. J’avais perdu énormément de poids et n’étais plus que l’ombre de moi-même. Niveau calcul financier, on n’y perdait pas non plus beaucoup (par rapport à tous les frais en moins pour la nounou, les frais de transport, …) car j’étais au SMIC. Il faudrait faire plus attention évidement, mais c’était jouable. Nous avions déjà très peu de dépenses « loisirs » et nous faisons attention au niveau budget alimentaire. J’aurais aussi le temps de fabriquer beaucoup de choses à la maison (vêtements, jeux, nourriture, …) Et plus important : Je pourrais être à la maison pour profiter de mon fils, le voir grandir, faire moi- même tous les choix qui le concernent. C’était vraiment ce point là qui était très important pour moi.  Se « tuer » au travail, en ne voyant pas mon fils, qui était avec quelqu’un d’autre, ne me convenait pas du tout !

 

Maman au foyer

Une fois à la maison, j’ai pris des formations en ligne sur les sites de vente en ligne, les blogs, les conceptions de sites internet… Et nous avons créé notre blog famille. Cela me permet de rester toujours à la maison, mais en travaillant tout de même. Et me permettant de parler de sujets qui me tiennent vraiment à cœur, notamment l’écologie, les pédagogies alternatives, l’allaitement…

Mon fils a maintenant 2 ans et demi. Mes journées sont rythmées, mais je profite pleinement. Quand il est réveillé, je suis à fond avec lui et quand il dort (le matin, la sieste et le soir) je m’occupe du blog ! Il en est encore à ses débuts puisqu’il a ouvert cet été, mais si ce rythme nous convient nous pourrons lui donner vie au fur et à mesure du temps ! Je profite de mon fils et je peux voir ses progrès dans sa vie au quotidien. Je peux aussi lui proposer du matériel adapté à ses envies au bon moment puisque ça me permet de voir vers quoi il se tourne. Nous avons aussi le projet de partir vivre au Canada d’ici peu, cela permettra un nouveau virage dans nos vies !

Mon corps et mon allaitement

Mon fils est allaité. Je vise le sevrage naturel, c’est-à-dire que c’est lui qui arrêtera quand il n’en aura plus le besoin. Le fait d’avoir repris le travail à ses 9 mois a changé ses habitudes. N’ayant pas sa maman à portée de bras, il ne tétait plus que le matin, le soir et la nuit. En journée, la nounou lui donnait mon lait au verre pour éviter les confusions. Mon burn out a aussi eu un gros impact sur ma lactation. Mon corps étant très fatigué, j’avais beaucoup de mal à tirer et j’ai dû arrêter les tirages au travail. Mon fils n’avait donc plus de lait dans la journée, mais seulement aux moments où j’étais avec lui. Depuis que je suis à la maison et que je vais mieux, mon fils peut à nouveau téter autant qu’il le souhaite, toute la journée s’il en a envie ! Nos nuits sont aussi plus paisibles puisqu’il grandit. Le fait de ne pas avoir à nous lever absolument nous permet d’avoir une très grosse tétée le matin, sans contrainte horaire. Mon corps s’est lui aussi bien remis. Je suis désormais en accords entre mon corps et mon esprit.

La naissance de mon fils a bouleversé ma vie, mes choix, mes priorités ! Et chaque jour, j’apprends, je progresse, je m’adapte. Je me transforme suivant mes besoins et mes envies et aussi les siens. J’ai pris un énorme virage grâce à lui ! »

Anaïs de Famille alternative

 

 

– Si jamais vous avez aussi l’envie d’écrire, maman, papa, papy, mamie ou parents en devenir, paranges ; peu importe le sujet tant qu’il vous tient à coeur… cela peut être anonyme ou non. Il suffit d’en parler ensemble et de voir ce qu’il est possible de faire. N’hésitez pas voici mon mail anais@hashtag-mum.com-

 

 

♥♥♥

Anaïs.

 

7 commentaires sur Reprise du travail et burn out… les choix d’une mère Témoignage#2

1 an de congé parental… petit bilan.

Octobre sonne pour moi les 1 an de congé parental… Je me suis donc dis que cela pouvait être pas mal de vous faire un petit un petit bilan car…

Octobre sonne pour moi les 1 an de congé parental… Je me suis donc dis que cela pouvait être pas mal de vous faire un petit un petit bilan car autour de moi beaucoup de gens me posent les mêmes questions.

21 commentaires sur 1 an de congé parental… petit bilan.

Une histoire d’allaitement… Témoignage #1

Aujourd’hui je lance un nouveau rendez-vous qui j’espère durera et vous plaira. J’ai eu envie de laisser de la place aux parents qui me lisent et m’écrivent en privé. Pouvoir…

Aujourd’hui je lance un nouveau rendez-vous qui j’espère durera et vous plaira. J’ai eu envie de laisser de la place aux parents qui me lisent et m’écrivent en privé. Pouvoir parlez de votre expérience en tout anonymat… Aujourd’hui, avec son accord, je vous livre le témoignage de Joëlle M. Joëlle M n’est pas son vrai nom et j’espère qu’elle comprendra le petit clin d’oeil. Voici son allaitement. Je pense qu’il y a autant d’allaitement que de maman autant d’allaitement que de maman et que d’enfants… Bonne lecture.

♥♥♥

Lors d’une séance d’haptonomie en juin, la sage-femme m’a demandé pour quelles raisons je souhaitais arrêter l’allaitement. Je lui ai donné une réponse sans en être convaincue. Après y avoir bien réfléchi, voici ma réponse que j’ai eu besoin d’écrire.

Enceinte, je me suis dit que j’essaierai d’allaiter, mais je ne voulais pas que cela soit trop élaboré.
J’avais eu des informations essentielles sur l’allaitement.
Je voulais l’expérimenter, si ça marchait tant mieux, si non tant pis…

« Allaitement exclusif à la demande », « don de soi », « avoir le moral », je ne m’étais pas posée trop de questions sur le sens de ces notions, il a fallu les vivre pour les comprendre.

Au niveau physiologique : je n’ai pas de douleurs particulières, la « machine » fonctionne.
Au niveau physique : outre le rapport au corps qui change et les bouffées de chaleur, je ressens une connection physique en présence de ma fille Jude, c’est très particulier…mais surtout…
Au niveau psychologique, c’est le yoyo complet ! Je perds la notion du temps, ce qui est très perturbant…Je réalise le caractère exclusif / à la demande de l’allaitement ; que Jude a besoin de moi ( seulement de moi…) de manière inconditionnelle pour répondre à un besoin primaire : se nourrir. Cela m’a renvoyé à mon histoire personnelle et interrogé sur ce grand bouleversement de devenir maman. J’ai pris peur.

J’ai traversé ces états émotionnels. J’ai eu besoin de beaucoup en parler, d’être bien entourée et de lire des articles sur l’allaitement, des récits d’expériences…tout en faisant appel à mes ressources personnelles. Cela m’a énormément aidé à « tenir le coup » et à « lâcher prise ».

Rapidement, je me suis apaisée. J’ai pu en tirer un bénéfice au niveau personnel, pour Jude et dans la construction de notre relation mère-fille.
Au bout d’un mois, j’ai finalement eu besoin de construire un projet d’allaitement pour le solidifier et me repérer dans le temps. Mon objectif est alors d’allaiter jusqu’aux deux mois de ma fille et de faire le « sevrage » durant le troisième mois avant de reprendre le travail. J’envisageais un allaitement mixte sur le deuxième mois pour avoir plus de souplesse dans ma petite vie. Finalement, je ne suis pas convaincue par le tire-lait et contre toute attente, je ne suis pas prête à donner le biberon. Je réalise que j’ai trouvé un certain confort dans mon allaitement et un équilibre avec ma fille. Je me sens disponible pour le mener en exclusif jusqu’à ses deux mois.

Puis la question du sevrage est revenue sur le tapis, pas spécialement en raison de la reprise du travail. Poursuivre l’allaitement en reprenant le travail peut se réaliser si on le souhaite, c’est une autre étape à franchir. Ce n’était pas mon cas.

Sur le plan personnel, j’avais besoin de me retrouver à plusieurs niveaux.

Je voyais également que ma fille changeait beaucoup, ses besoins évoluaient. Je la sentais en sécurité affective avec nous/moi et s’ouvrir sur le monde. Le mot sevrage signifie séparation. Je préfère le terme « transition ». « La transition aux biberons », c’est une autre manière de se nourrir et une évolution de notre lien qui restera toujours aussi fort mais de manière différente. Je n’ai donc pas utilisé le terme sevrage mais transition.

Enfin, lors d’une pesée, Jude avait pris seulement quatre-vingt grammes en une semaine,  j’ai vu cela comme « un signe » et je me suis dit que c’était le bon moment pour introduire tranquillement les biberons à la place des tétées.

Le 17 juin, c’est décidé, ce sera le jour du premier biberon ! Le premier essai et les suivants ne sont pas concluants. Je ne me sens pas à l’aise pour lui donner, elle semble en difficulté pour le prendre. Je mets ça sur le compte de la tétine. Je me retrouve de nouveau dans des questionnements.  C’est moi qui choisis d’arrêter, pas elle. Peut-être que je culpabilise un peu…que j’appréhende aussi si cela entraîne des changements dans notre petite routine…Finalement ces deux mois sont passés tellement vite, bientôt la reprise du travail, la nounou…Bref, je ne suis finalement pas encore prête et Jude le ressent surement…!

Nous en parlons beaucoup avec mon copain. Il me propose d’aller voir la sage femme qui m’a aidé à poursuivre l’allaitement lors des premières semaines. A la suite de ce rendez-vous le 26 juin, j’ai un déclic. Ca y est je me sens vraiment prête ! Toutefois, le mercredi 3 juillet soit une semaine plus tard, je suis encore encore hésitante au moment de « passer à l’acte ». C’est alors que mon copain prends le taureau par les cornes au réveil de la sieste de Jude. Je la prends sur mes genoux, il lui donne le biberon…c’est ainsi qu’elle a bu son premier biberon. C’était le bon moment, et surtout j’avais besoin de lui pour m’aider à franchir cette étape et oui… d’une certaine manière de « couper le cordon ». La suite de cette transition aux biberons s’est passée tranquillement comme elle a commencé, à trois… pour totalement se terminer le samedi 20 juillet soit trois mois après la naissance de ma fille.

Mon allaitement aura été une série d’ambivalence et d’émotions, c’est peut-être cela être maman, alors ce n’est que le début…! Cette période a été difficile et chouette en même temps. Au plus profond de moi, j’avais besoin de le faire, c’est pourquoi j’ai tenu. Allaiter a contribué à ce que je me sente la maman de Jude. J’ai appris à la connaitre, à être à son écoute, à répondre à ses besoins et surtout à l’aimer…

 

 

♥♥♥

Merci, mille fois merci pour ce témoignage, le premier d’une jolie série je l’espère. Si jamais vous avez aussi l’envie d’écrire, maman, papa, papy, mamie ou parents en devenir, paranges ; peu importe le sujet tant qu’il vous tient à coeur… cela peut être anonyme ou non. Il suffit d’en parler ensemble et de voir ce qu’il est possible de faire. N’hésitez pas voici mon mail anais@hashtag-mum.com

 

Anaïs.

Un commentaire sur Une histoire d’allaitement… Témoignage #1

L’allaitement, Ruben et moi…quelle folle aventure.

Tout d’abord il faut savoir que je suis autant pro allaitement que pro biberons. Je suis simple une maman qui a décidé de tenter l’allaitement. Je veux juste parler de…

Tout d’abord il faut savoir que je suis autant pro allaitement que pro biberons. Je suis simple une maman qui a décidé de tenter l’allaitement. Je veux juste parler de mon expérience, de mon ressenti, de mon ambivalence maternelle, bref de mon allaitement avec Ruben. De laisser une trace quelque part car je sais que cela ne durera pas (et heureusement).

22 commentaires sur L’allaitement, Ruben et moi…quelle folle aventure.

Mon shooting grossesse… pour m’aider à prendre confiance en moi.

Cette grossesse sera surement la dernière et contrairement à celle de Baby Monkey, j’ai eu envie (ou le besoin je ne sais pas ) d’immortaliser cet instant à travers un…

Cette grossesse sera surement la dernière et contrairement à celle de Baby Monkey, j’ai eu envie (ou le besoin je ne sais pas ) d’immortaliser cet instant à travers un shooting grossesse. 

30 commentaires sur Mon shooting grossesse… pour m’aider à prendre confiance en moi.

Bilan de l’année 2017…

Voila, voilà, l’année est terminée et comme l’année dernière j’ai bien envie de vous livrer mon petit bilan de l’année 2017.

Voila, voilà, l’année est terminée et comme l’année dernière j’ai bien envie de vous livrer mon petit bilan de l’année 2017.

23 commentaires sur Bilan de l’année 2017…

Putain de diabète du chat

Le blog tourne au ralenti et pour cause, j’ai dû m’occuper de Mowgli notre chat. Notre chat malade : le diabète du chat…

Le blog tourne au ralenti et pour cause, j’ai dû m’occuper de Mowgli notre chat. Notre chat malade : le diabète du chat…

7 commentaires sur Putain de diabète du chat

Au revoir la crèche…

Cette semaine est la dernière semaine de crèche pour Baby Monkey. C’est une grande page qui se tourne et j’en suis toute chose…

Cette semaine est la dernière semaine de crèche pour Baby Monkey. C’est une grande page qui se tourne et j’en suis toute chose…

7 commentaires sur Au revoir la crèche…

30 ans dans 30 jours ou ma liste de vie…

Le temps passe beaucoup trop vite… Dans trente jours je vais avoir trente ans. Nan mais le choque quoi!!! Pour moi dans ma tête j’ai tout juste 25 ans. Je…

Le temps passe beaucoup trop vite… Dans trente jours je vais avoir trente ans. Nan mais le choque quoi!!! Pour moi dans ma tête j’ai tout juste 25 ans. Je suis jeune et fraiche… Enfin, ce n’est que dans ma tête tout ça!!!

Voila 30 ans dans 30 jours ou ma liste de vie…
Aucun commentaire sur 30 ans dans 30 jours ou ma liste de vie…

En attendant des jours meilleurs…

En ce moment j’ai très peu de patience… J’ai l’impression de passer les deux tiers de mon temps à reprendre Baby Monkey, lui expliquer mille fois la même chose. Il…

En ce moment j’ai très peu de patience… J’ai l’impression de passer les deux tiers de mon temps à reprendre Baby Monkey, lui expliquer mille fois la même chose. Il a besoin d’aller au bout de tout ! Je n’en peux plus de faire la police.

Un commentaire sur En attendant des jours meilleurs…

Type on the field below and hit Enter/Return to search