Mon chéri, il y a bientôt une semaine tu as soufflé tes 4 bougies! Déjà 4 ans put***! Un an de plus et je n’ai rien vu passer. Pourtant il y a tant de choses qui se sont passées et qui ont évolué… Depuis ton entrée à l’école maternelle tu es devenu un véritable petit garçon et non plus un bébé. Comme tu aimes à le dire tu es « un grand ».

Baby Monkey à 4 ans c’est donc :
  • Un karatéka qui apprend son premier kata HEIAN SHODAN avec beaucoup de sérieux.
  • Un enfant qui sais compter fièrement jusqu’à 3 en japonais 😉
  • Une pipelette qui ne cesse de parler, tout le temps, à propos de tout,  avec tout le monde…
  • Un petit garçon qui n’a plus besoin de son ouistiti et qui a quitté sa tétine depuis le mois de novembre.
  • Un bavard qui a donc perdu par la même occasion son cheveux sur la langue ; OUF!
  • Un p’tit mec qui a encore beaucoup de mal a géré sa frustration.
  • Un casse cou qui sais désormais faire du vélo sans petites roues.
  • Un cascadeur qui veut toujours aller plus vite, plus haut, plus loin… bref toujours plus.
  • Un sacré clown qui a beaucoup d’humour et qui nous fait bien rire au quotidien.
  • Un petit bonhomme qui n’arrive pas pour le moment à être propre la nuit (donc je suis preneuse de vos aides et astuces pour lui).
  • Un passionné de dinosaures et de chevaux.
  • Un petit homme qui a désormais un peu peur du noir et qui a des nuits agitées.
  • Un véritable gourmand qui pourrait se nourrir exclusivement de chocolat, de bananes et de bretzels.
  • Un écolier qui adore sa maitresse et son ATSEM mais qui va un peu dans tout les sens…
  • Un fiston qui a besoin d’être grandement rassuré actuellement avec l’arrivée prochaine de son petit frère.

 

Mon grand garçon, voila 4 ans que tu es entré dans notre vie, que tu m’as fait devenir autre, 4 ans que tu égayes nos jours et nos nuits, 4 ans que l’on t’aime énormément. Bon anniversaire à toi mon petit printemps, mon poisson, ma tornade, mon karatéka, mon Baby Monkey, mon chaton, mon grand garçon.

Merci d’être toi, merci d’être là…

♥♥♥

Anaïs.